Un turc blessé dans l’attaque de la mosquée de Christchurch meurt

Un turc blessé dans l’attaque de la mosquée de Christchurch meurt

Un homme turc blessé dans la fusillade de la mosquée de Christchurch, morte il y a sept semaines à l’hôpital de Christchurch, portant à 51 le nombre de morts.

Âgé de 46 ans, cet homme était en soins intensifs depuis son tir à la mosquée Al Noor en mars.

Australien de 28 ans, Brenton Tarrant a été inculpé de meurtre et de 39 chefs de tentative de meurtre pour le pire tir de masse jamais commis en Nouvelle-Zélande.

Le Premier ministre néo-zélandais, Jacinda Ardern, a déclaré vendredi que la nouvelle de la mort de l’homme turc se ferait sentir dans les deux pays.

« Cet homme fait l’objet de soins intensifs depuis l’attaque », a déclaré Ardern dans un communiqué. « Nous espérions tous le meilleur, mais il a maintenant succombé aux blessures subies lors de la fusillade à la mosquée Al Noor. »

Les relations entre la Turquie et la Nouvelle-Zélande sont tendues depuis l’attaque du 15 mars, après que le président turc Recep Tayyip Erdogan a montré des extraits de la séquence en direct du tireur lors de la campagne électorale de ce dernier pour dénoncer la haine contre l’Islam.

Les autorités néo-zélandaises ont interdit la vidéo et quiconque pris en train de la partager en Nouvelle-Zélande peut être condamné à 14 ans de prison.

Le ministre néo-zélandais des Affaires étrangères, Winston Peters, s’est rendu en Turquie une semaine après les attentats pour tenter d’apaiser les relations.

Jeudi, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré sur Twitter: « Nous avons malheureusement perdu notre citoyen (…) qui a été grièvement blessé lors de l’attentat terroriste perfide commis à Christchurch en Nouvelle-Zélande ».

L’Agence Anadolu, dirigée par l’État, a déclaré que le père de deux enfants avait été blessé au dos et à la jambe et était décédé des suites d’une opération chirurgicale. Il était l’un des trois citoyens turcs blessés lors de l’attaque.

Neuf personnes blessées lors de l’attaque restent à l’hôpital, toutes dans un état stable.

En avril, le parlement néo-zélandais a voté massivement en faveur d’une loi interdisant les armes semi-automatiques et de type militaire.

Les principaux organes de presse néo-zélandais se sont également engagés à ne pas promouvoir l’idéologie de la suprématie blanche tout en couvrant le procès de Tarrant, affirmant qu’ils étaient conscients que le suspect pourrait essayer d’utiliser le procès comme une plate-forme pour promouvoir des vues « suprématistes » ou « terroristes ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *