Un médecin pakistanais arrêté après 90 ans d’infection par une seringue anti-VIH

Un médecin pakistanais arrêté après 90 ans d’infection par une seringue anti-VIH

Au moins 90 personnes, dont 65 enfants, auraient été infectées par le virus VIH au Pakistan par un médecin utilisant une seringue contaminée, ont annoncé des responsables.

« Nous avons arrêté un médecin après avoir reçu des plaintes des autorités sanitaires », a déclaré vendredi Kamran Nawaz, le chef de la police locale à la tête de l’affaire, dans la ville de Larkana, dans le sud du pays.

« On nous dit que le médecin a aussi le VIH », a-t-il déclaré.

Les autorités ont été alertées pour la première fois la semaine dernière après que 18 enfants vivant à la périphérie de la ville aient été testés positifs au virus, qui cause le sida, ce qui a incité les responsables de la santé à procéder à des dépistages plus larges. Des dizaines d’autres infections ont été découvertes.

« Plus de 90 personnes ont été testées séropositives et le nombre d’enfants avoisine les 65 ans », a déclaré à l’AFP le Dr Abdul Rehaman, responsable de la santé du district de Larkana.

Un deuxième responsable a confirmé l’épidémie, bien que ses chiffres soient légèrement différents.

Les autorités ont déclaré avoir retracé l’épidémie jusqu’à un seul médecin, qui semble avoir utilisé une seringue contaminée sur des patients.

Azra Pechuho, ministre de la Santé de la province du Sindh, a confirmé son arrestation. « Le sang des parents des enfants infectés a également été testé, mais leurs résultats ont été négatifs », a-t-il déclaré.

Les responsables ont depuis lancé une campagne d’essais et d’éducation encore plus vaste.

Le Pakistan est considéré comme un pays à faible prévalence du VIH, mais la maladie est en expansion – principalement parmi les toxicomanes par voie intraveineuse, les travailleurs du sexe et les travailleurs migrants revenant du Golfe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *