Le chef militaire soudanais promet de donner « le pouvoir à la population »

Le chef militaire soudanais promet de donner « le pouvoir à la population »

Khartoum, Soudan – Le chef intérimaire soudanais a déclaré que le conseil militaire de transition qui dirige le pays depuis le renversement du dirigeant de longue date, Omar al-Bashir, s’est engagé à confier le pouvoir à une autorité civile.

Les dirigeants de l’opposition ont toutefois annoncé dimanche qu’ils avaient suspendu leurs discussions avec les dirigeants militaires parce qu’ils ne croyaient pas en leur engagement de transférer le contrôle du pays nord-africain.

« Le conseil militaire de transition est complémentaire au soulèvement et à la révolution. Le conseil est déterminé à donner le pouvoir à la population », a déclaré dimanche le lieutenant général Abdel Fattah al-Burhan à la télévision d’Etat.

« Nous ne sommes pas du tout avides de vouloir rester au pouvoir plus que le temps que nous avions convenu avec les partis de l’opposition. Nous attendons que l’opposition présente sa proposition. »

Mais les dirigeants de l’opposition ont ensuite déclaré aux partisans lors d’un grand rassemblement à Khartoum, que l’armée n’avait pas répondu à leurs demandes et que les négociations seraient remplacées par de nouvelles manifestations.

« Le conseil militaire n’est pas encore sérieux au sujet du transfert du pouvoir aux civils. Ce conseil [militaire] représente également une partie de l’ancien régime », a déclaré Mohamed al-Amin Abdulaziz, porte-parole de la Sudanese Professionals Association (SPA).

« Nous allons continuer nos manifestations et nous allons intensifier nos manifestations. Nous allons boycotter les pourparlers avec le conseil militaire », a-t-il déclaré.

Al-Burhan a également déclaré que Khartoum enverrait une délégation à Washington pour demander le retrait du Soudan de la liste américaine des « États qui parrainent le terrorisme ».

« Les Etats-Unis nous ont demandé d’envoyer une délégation pour des entretiens sur la question de retirer le nom du Soudan de la liste des États qui parrainent le terrorisme », a-t-il déclaré. « Cette délégation a été formée et se rendra aux États-Unis cette semaine ou la semaine prochaine. »

‘Trop de temps’

Pendant ce temps, des milliers de manifestants se sont rassemblés devant le siège de l’armée dans la capitale, Khartoum, dimanche soir, promettant de rester sur le site de sit-in jusqu’à ce qu’un gouvernement civil soit installé.

« Je suis heureux que le conseil militaire dise qu’il passera le pouvoir », a déclaré à Al Jazeera Amru Ahmed al-Dayib, un technicien de la compagnie pétrolière de 41 ans.

« Nous voulons qu’ils cèdent le passage à des personnes indépendantes. Je pense que Burhan est honnête. Mais je continuerai à manifester jusqu’à ce que cela se produise. »

Tafaul Awad, 25 ans, assistant à l’enseignement à l’université de Khartoum, a exprimé son scepticisme face à la promesse de l’armée.

« Je ne fais pas confiance à Burhan. Nous voulons que le pouvoir soit entièrement transmis aux civils, mais Burhan prend trop de temps. Tout semble indiquer qu’il a d’autres intentions. Je ne pense pas que l’armée soit intéressée par le transfert du pouvoir à un civil autorité. »

Concessions données

Les manifestations de plus de 40 millions d’habitants dans ce pays d’Afrique du Nord-Est ont débuté en décembre après que Khartoum eut augmenté le prix du pain.

Les manifestants ont alors commencé à demander à Al-Béchir et à son gouvernement de se retirer.

Le 11 avril, l’armée a démis de ses fonctions M. al-Bashir, au pouvoir depuis trois décennies.

Le conseil militaire a fait des concessions aux manifestants, notamment le retrait des trois procureurs les plus haut placés du pays et la nomination d’un nouveau chef du renseignement.

Les organisateurs de la protestation et les partis politiques ont également été invités par l’armée à choisir un Premier ministre civil. Mais l’armée a indiqué qu’elle conserverait le contrôle des ministères de l’intérieur et de la défense.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *