Des footballeurs boycottant les médias sociaux font face à des « abus racistes »

Des footballeurs boycottant les médias sociaux font face à des « abus racistes »

Des footballeurs britanniques boycottant les médias sociaux pour protester contre le racisme ont été victimes d’abus à propos de la campagne de 24 heures, a rapporté un syndicat de footballeurs professionnels.

Dans le cadre de la campagne « Enough » organisée par l’Association des footballeurs professionnels, plusieurs stars de la Premier League anglaise ont quitté Twitter, Facebook et Instagram pendant 24 heures à partir de 8h00 GMT vendredi.

Les joueurs, les clubs et les fans ont été encouragés à modifier les photos de leur profil, à désactiver les commentaires et à ne rien publier d’autre que le graphique de la campagne.

« Hier, certains membres ont été victimes d’abus racistes à leur poste #Enough. Lorsque ces incidents ont été rapportés, la réponse des réseaux sociaux était – à nouveau – inacceptable », a déclaré la PFA dans un communiqué publié samedi.

La campagne visait à inciter les réseaux de médias sociaux et les autorités du football à prendre des mesures plus énergiques pour lutter contre le racisme reçu par les footballeurs professionnels – sur le terrain comme à l’extérieur.

La PFA a déclaré qu’elle inviterait les joueurs, dans les prochains jours, à signaler toute agression raciste qu’ils auraient subie, puis à partager des informations avec les entreprises de médias sociaux « afin de démontrer l’impact de leur inaction ».

Les entreprises de médias sociaux ne semblent pas avoir répondu aux préoccupations des joueurs sur leurs réseaux, malgré la couverture généralisée et le soutien de la FIFA au boycott.

« Nous demanderons des réunions avec chacune des plateformes sociales en priorité », a déclaré la PFA. « Des rencontres avec la football anglaise et le gouvernement sont prévues pour le mois prochain. »

« Il s’agit d’une première étape dans une campagne plus vaste menée par les joueurs pour lutter contre le racisme et exiger des changements significatifs. »

«Plus d’abus nulle part»

Le boycott de vendredi a été mené par le défenseur de Tottenham, Danny Rose, ciblé avec des bruits de singe alors qu’il jouait pour l’Angleterre au Monténégro le mois dernier, et par le défenseur de Manchester United, Chris Smalling, qui a appelé à une réglementation plus stricte des publications sur les médias sociaux.

Le milieu de Liverpool Georginio Wijnaldum, l’équipe féminine anglaise, Danielle Carter, et l’attaquant d’Arsenal, Alexander Iwobi, ont également pris part au boycott.

La FIFA, instance dirigeante du football mondial, « a applaudi » la démarche des footballeurs et a annoncé des plans pour une nouvelle campagne mondiale visant à éliminer la discrimination dans le sport.

« La FIFA est pleinement engagée dans la lutte contre le racisme et toute forme de discrimination, non seulement dans le football, mais dans la société en général », a déclaré l’organisation à l’agence Associated Press dans un communiqué publié jeudi.

Selon la politique de la FIFA en matière de diversité et d’antidiscrimination, « toute discrimination, qu’elle soit de race, de couleur de peau, d’origine ethnique, nationale ou sociale … la religion est strictement interdite et passible de la suspension ou de l’expulsion ».

Pourtant, le racisme et l’homophobie persistent dans le football international, les supporters visant souvent les joueurs de l’équipe adverse.

Plus tôt cette année, West Ham United a présenté des preuves apparentes à la police métropolitaine d’abus islamophobes visant l’attaquant de Liverpool et joueur national égyptien Mohamed Salah.

En décembre, le club de football de Chelsea et la police britannique ont ouvert une enquête sur des propos racistes présumés d’un supporter dirigé contre Manchester City et du joueur de l’équipe nationale anglaise Raheem Sterling lors d’un match de championnat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *